Que faire en cas de non restitution du dépôt de garantie ?

chèque de banque

La restitution du dépôt de garantie doit intervenir dans les soixante jours suivants la date de la remise des clés au bailleur.

C'est l'état de lieux de sortie qui permet de procéder à une vérification de l'état du logement en comparaison avec l'état des lieux d'entrée. De cette comparaison, le dépôt de garantie sera restitué, déduction faite des éventuelles dégradations commises par le locataire.

En outre, le bailleur a la possibilité de déduire de la restitution du dépôt de garantie, les sommes afférentes à la réalisation des travaux que le locataire avait à sa charge ;  les charges locatives que le locataire n'a pas encore acquitté au moment de son départ, ainsi que les impôts à la charge du locataire (comme la taxe d'enlèvement des ordures ménagères).

Quelle qu'en soit la cause, le montant retenu par le propriétaire sur le dépôt de garantie doit toujours être justifié par une facture. Ainsi le bailleur ne peut se baser sur une évaluation forfaire du coût des éventuelles réparations.

Si le logement, objet de la location, est soumis aux règles de la copropriété, le propriétaire devra fournir le décompte des charges justifiant une éventuelle retenue sur le dépôt de garantie.

Il arrive parfois que la régularisation des charges ne soit pas possible dans le délai de deux mois. Dans ce cas, les tribunaux estiment que le propriétaire bailleur devra restituer 80% du montant du dépôt de garantie au locataire et le reste lors de la régularisation annuelle. Le solde restant dû ne fera pas courir d'intérêt au profit du locataire même si la régularisation n'a pas lieu dans le délai de deux mois.

Recours en cas de rétention abusive du dépôt de garantie

Si le dépôt de garantie n'est pas restitué dans le délai imparti, le locataire doit mettre en demeure le propriétaire de restituer le dépôt de garantie par lettre recommandée avec avis de réception.

Si le propriétaire refuse de rembourser le dépôt de garantie malgré cette démarche, le locataire peut saisir la commission départementale de conciliation dont dépend le logement concerné.

En cas d'échec de conciliation, le litiges relatifs aux dépôt de garantie doivent être portés devant le juge de proximité jusqu'à 4 000 € (au-delà de ce montant, le tribunal d'instance est compétent).



Source : JuriTravail et Vos droits Services Public