Paris résiste !

  Pas de baisse, peu d'offres... Paris reste imprenable

Les plus riches cherchent à vendre !

A la vue des nouvelles taxations pour les plus forts revenus, les propriétaires des plus belles propriétés de Paris tendent à vendre leur patrimoine. L'impact n'est pas à la hauteur des espérances des vendeurs. Les transactions immobilières à des montants importants aboutissent peu. Il est également plus complexes pour les entrepreneurs, plus nombreux à détenir du patrimoine et cherchant l'exode fiscale, à délocaliser leurs activités.

La clientèle des biens prestigieux de la capitale reste opportuniste, "flairant la bonne affaire". Les prix n'ayant pas tendance à baisser vu la faiblesse de l'offre, c'est aux étrangers et à leur fort pouvoir d'achat que cela profite.

Pendant ce temps, les revenus plus modestes restent dans l'attentisme, les établissements bancaires réclamant toujours plus de garantie dans leurs offres de prêt.

La capitale se vide de ses primo-accédant et de ses investisseurs qui auparavant assuraient un certain dynamisme du marché.

En réalité, de moins en moins de salaires permettent d'acquérir du foncier sur Paris. Il est souvent nécessaire d'avoir à son actif une à deux ventes ayant généré une plus-value immobilière. Les acheteurs négociant plus fermement et les vendeurs ne démordant pas de leur prix, nous assistons à un blocage plus important en capitale qu'en province, induit par la nécessité de bien vendre pour bien acheter.

Une chose pourrait inverser la tendance : Une baisse des prix qui fluidifiera le marché,  apportant plus de biens à vendre. A suivre ...