Loi Duflot : comprendre le dispositif d'investissement locatif

La loi Duflot porte le nom de la ministre du logement qui en est à l’origine, Cécile Duflot.

Que dit la loi Duflot ?


La loi Duflot est un dispositif de défiscalisation immobilière qui fait suite au dispositif Scellier. Elle a été votée le 18 décembre 2012, puis remplacée par la loi Pinel le 1er septembre 2014.  La loi Duflot encourage à créer des logements neufs là où la demande est supérieure à l'offre. Le dispositif Duflot permet de réduire l’impôt de 18% du montant de l’investissement immobilier (29% en Outre-Mer), étalé sur 9 ans. Le plafond total de cet investissement s’étend à 300 000 € et à 2 logements en loi Duflot par an et la réduction ne peut dépasser 10.000€/an.

Loi Duflot Pinel : qui intéresse-t-elle ?


Les investisseurs immobiliers et les personnes souhaitant se constituer un patrimoine sont les cibles principales de la loi Duflot, plus particulièrement ceux qui veulent investir dans l’immobilier neuf, en cours d'achèvement et réhabilités.
Ces investisseurs doivent aussi être prêts à respecter les conditions d’éligibilité à la Loi Duflot. Le logement concerné doit être loué en tant qu’habitation principale en non-meublé. Mais la loi Pinel apporte des modifications, comme la possibilité de louer à sa famille et l’élargissement des zones géographiques éligibles à la réduction d’impôts. Les plafonds de loyers ont été baissés depuis Pinel, et les plafonds de revenus du locataire augmentés.

Loi Duflot : une loi de défiscalisation avantageuse


Ce dispositif autorise une réduction d’impôts conséquente, et avantage les investisseurs d’un côté, mais aussi les futurs locataires d’un autre côté. En effet, la construction de logements neufs peut être plus importante dans les zones concernées et offrir des locations décentes dans les quartiers qui regorgent de locations anciennes, délabrées voire insalubres.